#Presimetre229

Des promesses du candidat aux actes du président...

Etat de mise en oeuvre des promesses électorales
Une initiative de Coordonnée par
Promesses à la Une:
Interdire tout ce qui concourt au culte de la personnalité du Président de la République, notamment : Louanges publiques, Marches publiques de remerciement et de soutien, Affichage de l’image du Président dans les lieux publics******* Redynamiser l’Administration en éliminant le clientélisme sous toutes ses formes******* Mettre en place un système d’identification biométrique******* Entreprendre immédiatement une négociation sociale avec le personnel de santé en vue de satisfaire au mieux les revendications.******* Revoir le cadre réglementaire de la distribution des médicaments au Bénin en concertation avec les acteurs ; assurer le contrôle effi cace des médicaments commercialisés sur le marché.******* Combattre plus efficacement la distribution des faux médicaments.******* Ouvrir les négociations entre l’Etat, les partenaires sociaux et le patronat pour relever significativement le SMIG*******

Dans le domaine de l’exportation, mettre en place des mesures incitatives en matières administrative et fiscale ainsi que les infrastructures et équipements nécessaires pour doper les produits d’exportation

Domaine de la promesse :
Commerce et Industrie
Promesse présente au PAG ? :
Oui
Situation de départ
L'absence d’une véritable politique de développement du secteur agricole ; l'insuffisance d’infrastructures et équipements adéquats pouvant soutenir le développement économique ; l'indisponibilité criarde d’énergie
Actions posées sur la promesse
Selon l’article 13 de la Loi des finances gestion 2018, il est institué une contribution à la recherche agricole sur les produits d’exportation. Cette contribution est de 10 francs CFA par kilogramme pour le coton et 60 francs CFA par kilogramme pour le karité.
Cette nouvelle taxe pénalise sérieusement les acteurs de la filière karité et s’apparente à une distorsion au commerce. Les conséquences directes de cette taxe pourraient être : perte de compétitivité de la filière karité du Bénin, développement illicite des activités commerciales autour de la filière ; impact négatif au niveau social, car le revenu de milliers de femmes rurales dépend, en partie, de la filière.
Source :
Loi des finances gestion 2018, article 13

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire


Aucun Commentaire