#Presimetre229

Des promesses du candidat aux actes du président...

Etat de mise en oeuvre des promesses électorales
Une initiative de Coordonnée par
Promesses à la Une:
Interdire tout ce qui concourt au culte de la personnalité du Président de la République, notamment : Louanges publiques, Marches publiques de remerciement et de soutien, Affichage de l’image du Président dans les lieux publics******* Redynamiser l’Administration en éliminant le clientélisme sous toutes ses formes******* Mettre en place un système d’identification biométrique******* Entreprendre immédiatement une négociation sociale avec le personnel de santé en vue de satisfaire au mieux les revendications.******* Revoir le cadre réglementaire de la distribution des médicaments au Bénin en concertation avec les acteurs ; assurer le contrôle effi cace des médicaments commercialisés sur le marché.******* Combattre plus efficacement la distribution des faux médicaments.******* Ouvrir les négociations entre l’Etat, les partenaires sociaux et le patronat pour relever significativement le SMIG*******

Restructurer, former et équiper les services de renseignement de manière à privilégier, en lieu et place du renseignement politique exclusif, les renseignements de surveillance du territoire et d’ordre sécuritaire au service des populations prioritairement

Domaine de la promesse :
Sécurité et Défense
Promesse présente au PAG ? :
Oui
Situation de départ
Il est de notoriété publique que, depuis longtemps au Bénin, le renseignement a servi à la protection des régimes successifs contre les « ennemis politiques » du moment, au détriment du renseignement de sécurité et de protection des populations et du territoire. Cette tendance s’est lourdement renforcée depuis les années 2010 où les services sont intervenus ou ont interféré partout sur instructions du « Chef » pour traquer les adversaires politiques, les activistes de la société civile et les syndicalistes, déstabiliser les formations politiques, les opérateurs économiques et tous ceux qui se sont affranchis des lignes tracées par le régime au pouvoir. Ils ont été tellement utilisés pour empoisonner la vie et la quiétude des citoyens que, dans l’opinion, les services de renseignements faisaient plutôt partie de l’insécurité qu’ils devraient en principe contribuer à éradiquer. L’affaire dite des « des rumeurs sur les écoutes téléphoniques » en a été une illustration. Les observateurs avertis ont noté qu’ils ont été souvent instrumentalisés à des fins politiques au détriment de la sécurité des populations et de la protection des droits de l’homme et du citoyen. En eff et, ils étaient sans régime juridique fiable, sans statut, et leurs activités (prédatrices) étaient non encadrées et aff ranchies des contrôles parlementaire et citoyen. Devant être en principe en avant du dispositif de prévention et d’anticipation, les services de renseignements, plus occupés à d’autres choses, ont été dépassés par la situation sécuritaire qui s’est détériorée depuis 2013 avec plus de 400 cas de vols à mains armées presque non élucidés
Actions posées sur la promesse
  • Avec l’appui de spécialistes étrangers (comme de coutume dans ce domaine) un vaste programme de formation, d’équipement et de restructuration est enclenché depuis juin 2016 pour professionnaliser les services, fidéliser les personnels et renforcer leurs capacités sur le renseignement de sécurité, le contre-terrorisme et les services aux populations
  • Le vote des lois n°2017-20 portant code du numérique et n°2017-44 portant recueil renseignement et des lois sur le secret de la défense nationale et, sur la Police Républicaine pour donner un cadre légal aux activités autrefois opaques et clandestines du renseignement
Source :
  • Présidence
  • Services de renseignemens
  • DGPR
  • MISP
  • MDN


Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire


Aucun Commentaire